fbpx

Par Freddy VALLERANT

Publié le 10 Juin, 2020

Dans un communiqué du 8 juin 2020, l’INRS propose, aux entités habilitées ainsi qu’aux formateurs SST, un ensemble de recommandations pour protéger les personnes et adapter les enseignements ainsi que les épreuves certificatives au risque COVID-19.

Elles sont applicables pendant la période d’urgence sanitaire et sont susceptibles d’être mises à jour en fonction de l’évolution de la crise sanitaire et des décisions gouvernementales.

Les formations SST et MAC SST dans le contexte du Covid 19 .

L’INRS, en tant qu’organisme certificateur, a regroupé dans un document de nombreuses adaptations nécessaires aux enseignements (situations d’apprentissage) et au passage des épreuves certificatives pour garantir la santé et la sécurité des personnes.

Ces recommandations sont applicables aux formations initiales SST et MAC d’acteur SST.

” Elles vont probablement porter les tarifs de ces formations à un niveau record ! “

Pas moins de 6 points y sont abordés, voyons le détail…

1. Recommandations générales

L’organisation des sessions de formation doit répondre aux recommandations du :

  • protocole national de déconfinement,
  • document ” Reprise de l’accueil en formation : aide à la décision “,
  • guide des pratiques sanitaires pour le secteur de la formation professionnelle.

” Jusqu’ici rien de nouveau ou d’anormal me direz-vous… mais l’INRS souligne clairement ensuite la responsabilité du formateur SST lors de l’organisation de ces formations. “

Le formateur doit rappeler à chaque ouverture de stage les mesures barrières et de distanciation physique et il veillera à leur application tout au long de la formation.

Les lieus de formation doivent :

  • permettre de respecter les mesures de distanciation physique en fonction du nombre de stagiaires,
  • disposer d’un point d’eau avec du savon à proximité et de mettre à disposition des solutions hydroalcooliques. 

Chaque participant doit être informé en amont des conditions d’organisation de la formation et doit pouvoir disposer :

  • d’un espace équipé pour lui permettre de travailler tout en gardant la distanciation physique nécessaire,
  • de fournitures individuelles qui ne doivent pas être partagées (stylos, post-it®, marqueurs…),
  • de matériel individuel pour les exercices qu’il veillera à ne pas mutualiser.

L’ensemble du matériel (pédagogique ou autre) devra être nettoyé et désinfecté avant la formation et après chaque utilisation à l’aide d’un produit détergent et désinfectant répondant à la norme NF EN 14476.

Le tapis de sol devra pouvoir être désinfecté entre chaque utilisation ou revêtu d’une protection à usage unique comme un drap d’examen en papier par exemple. Dans ce cas, il sera remplacé à chaque changement de victime. Celui qui jette le drap en papier doit prendre des gants et se laver les mains.

2. La formation à la prévention des risques de transmission du COVID-19

L’INRS demande, dans le cadre des formations SST et APS en période de crise sanitaire, de consacrer un temps de formation spécifique à la prévention des risques de transmission du COVID-19.

Il faudra aborder a minima les thèmes suivants :

  • les mesures barrières au travail,
  • le lavage des mains à l’eau et au savon ou par friction hydroalcoolique,
  • comment porter correctement un masque et le retirer,
  • comment mettre des gants et les retirer,
  • conduite à tenir en entreprise en cas de suspicion de COVID-19,
  • l’adaptation des gestes de secours et des conduites à tenir pour prévenir les risques de transmission lors d’une intervention.

” Justement ça tombe bien en formation SST souvent le temps manque cruellement. Et bien, l’INRS n’a prévu aucun temps supplémentaire ! Alors, à vos marques, prêts, partez Messieurs Dames… Que le meilleur gagne !

Pourtant, l’INRS stipule clairement le besoin d’une formation (spécifique à la prévention des risques de transmission du COVID-19) supplémentaire dans son Communiqué du 30/04/2020 intitulé : ” Les recommandations à suivre face à un arrêt cardiorespiratoire “.

Nous pouvons y lire : ” En complément, des équipements de protection seront mis à disposition des secouristes (gants à usage unique, et, si l’entreprise en dispose, masques de protection) et l’employeur devra s’assurer que ces derniers ont été formés à leur utilisation.

Dans ce même communiqué, Il est également surprenant de lire que les masques de protection sont obligatoires que “si l’entreprise en dispose”.

Franchement rien n’a évolué depuis le 30/04/2019, la France est donc toujours en pénurie de masques, mais ils sont obligatoires en formation… sealed

Enfin, faut il également que nous précisions à nos stagiaires, dans cette partie de formation spécifique COVID-19, que si l’entreprise en dispose, ils auront des masques de protection dans leurs interventions de secours à victimes ? 

Vous pouvez toujours vérifier cela sur le site de l’INRS http://www.inrs.fr/publications/juridique/focus-juridiques/focus-juridique-coronavirus-evaluation.html#e4ed5058-1cc4-46ed-bdc0-bc29b348e4a7 

3. L’usage de moyens de protection en formation

Quand il convient de les utiliser, l’entité habilitée s’assurera de la fourniture des moyens de protection en quantité suffisante afin que le formateur et les stagiaires puissent les remplacer aussi souvent que nécessaire.

  • Les masques :

Le port du masque n’est pas indispensable, sauf lorsque la distanciation physique ne peut pas être respectée pour la réalisation de certains gestes (Cf. 4°) et pour les épreuves certificatives. Le formateur et les stagiaires portent alors un masque (« grand public » catégorie 1 minimum) adapté et correctement ajusté.

” Donc l’INRS n’est pas consciente qu’on trouve des masques chirurgicaux à usage unique dans tous les centres commerciaux de France et considère qu’un masque “grand public” est suffisant. Ah oui, il y a toujours une pénurie de masque…” sealed

  • Les gants à usage unique

Le port de gants n’est pas indispensable, sauf lorsque la distanciation physique ne peut pas être respectée pour la réalisation de certains gestes (Cf. 4°).

  • Élimination des protections à usage unique

Conformément au protocole national de déconfinement §IV : « Lorsque les EPI sont à usage unique leur approvisionnement constant et leur évacuation doivent être organisés. Les déchets potentiellement souillés sont à jeter dans un double sac poubelle, à conserver 24 heures dans un espace clos réservé à cet effet avant élimination dans la filière ordures ménagères. »

” Bon on résume.

Ouf ! Les masques et les gants ne sont pas indispensable… sauf lorsque la distanciation physique ne peut être respectée.

Euh, si je mets un masque et que je le retire pour le remettre ensuite, j’ai le droit ou pas ? Alors le droit, oui (chacun fait ce qu’il veut, euh sauf devant moi) mais c’est vivement déconseillé.

Un masque une fois posé on y touche plus et pour éviter les contaminations, il ne faut pas remettre et remplacer obligatoirement le masque après l’avoir retiré… Ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’INRS dans son document ici > http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%206392

Objectif SST étant une entreprise responsable et par-dessus tout faisant de la formation en prévention des risques, devra donc avoir beaucoup de masques à disposition… Mais bon le masque grand public ne sera pas l’idéal (et pas suffisant à notre avis), alors des masques chirurgicaux pour tous, qui devront être portés pendant toute la formation ou sinon remplacés très souvent et ainsi vider nos portes monnaies voir polluer la planète ! “

4. Les adaptations pour l’apprentissage des gestes

L’INRS nous explique ici que le respect de la distanciation physique et des mesures barrière reste la règle, sauf pour l’exception clairement identifiée dans un tableau.

L’exeption clairement identifiée n’est pas si claire à mon avis. Mais ce n’est que mon avis !

Un tableau dans lequel 19 gestes sont cités et autant de recommandations. Parmi ces dernières nous y trouvons l’utilisation de support audiovisuel (vidéo), des démonstrations du formateur sans apprentissage du geste, des gestes pratiqués par les stagiaires sur eux-mêmes avec du matériel individuel, un mannequin voir des mannequins corps entier, des désinfections après chaque passage, des masques (enfin si on en dispose… là c’est moi qui en rajoute. innocent), des gants évidemment, des sur-blouses dans certains cas, pas d’insufflations… bref énormément de changements et de contraintes.

Je m’interroge, ne serions-nous pas là dans une presque formation à distance (physique) ? Ha mais non impossible, l’INRS ne veut surtout pas entendre parler de formation à distance !

5. L’organisation des épreuves certificatives

Pour les formations initiales SST, l’épreuve certificative doit passer par une mise en situation et port de masques, gants, voire blouses et désinfection en plus des gestes barrière doivent être mis en place… Le maquillage est complétement proscrit.

Pour les formations MAC SST le document de référence permet une évaluation sans obligation de réaliser la totalité de l’action. L’évaluation se fera en demandant au candidat de formuler oralement ses actions : « voilà ce que j’observe, donc je ferais telle ou telle action… ».

6. Matériels et documents pédagogiques

  • Plan d’Intervention / Plan d’Actions Prévention

Pour éviter les désinfections avant et après chaque utilisation par les stagiaires, seul le formateur manipulera les plans et leurs pictogrammes.

  • Aide-mémoire ED4085

L’aide-mémoire peut être remis aux stagiaires sous forme dématérialisée (envoi par mail).

En conclusions, au regard de toutes ces contraintes portant à la fois sur le plan pédagogique, organisationnel, risques pour les stagiaires et le formateur, coûts supplémentaires, matériels supplémentaires, temps insuffisant, Objectif SST se réserve le droit de continuer à suspendre jusqu’à nouvel ordre toutes les formations SST initiales et MAC SST.

En effet, Objectif SST est un organisme de formation en prévention des risques professionnels, responsable envers ses clients et ses intervenants. Il nous est impossible d’imposer à nos clients des coûts supplémentaires, un temps de formation supplémentaire et en même temps de dispenser une formation d’une qualité pédagogique médiocre, au regard des recommandations de l’INRS.

Vous avez besoins de conseils ?

Nous nous tenons à votre disposition pour toutes informations nécessaires.